• back
  • LE RÔLE DU SECTEUR PRIVÉ DANS LE DÉVELOPPEMENT DES STRATÉGIES D'EXPORTATION

  •  

    Le rôle du secteur privé dans le développement des stratégies d'exportation

     

     
     
    Forum du commerce international - No. 4/2009

    Il est essentiel que le secteur privé parle d'une voix forte et unie pour promouvoir l'importance du commerce dans les plans nationaux de développement.

    Les dernières années ont vu un renforcement de la sensibilisation à la nécessité d'associer directement le secteur privé au dialogue politique, notamment aux négociations commerciales sur l'amélioration de l'accès aux marchés. La crise financière mondiale a accéléré le processus en braquant les projecteurs sur l'importance économique d'entreprises solides et sur leurs contributions au bien-être socio-économique.

    L'ITC a observé que si le rôle des partenariats, de la consultation et de l'action commune est largement reconnu, il se heurte à des circonstances et des problèmes dans certains pays du fait de facteurs historiques, politiques et culturels. Via son travail sur le développement de stratégies d'exportations, l'ITC a constaté que:

    • Des gouvernements n'ont jamais entamé de dialogue systématique avec le secteur privé
    • Des gouvernements ont exclu le secteur privé d'un mécanisme collaboratif autrefois efficace
    • Des gouvernements et leur secteur privé se méfient de leurs intentions réciproques
    • Un secteur privé qui ne réagit pas à la volonté du gouvernement de s'engager auprès du secteur et de le soutenir
    • Un secteur privé sceptique envers les appels au dialogue qui ne débouchent sur aucune action concrète.

    Au rang des exemples de rupture du dialogue efficace figurent:

    • Liens insuffisants entre le secteur privé et le gouvernement en Roumanie avant le développement de sa stratégie nationale d'exportation (SNE), d'où un manque de synchronisation, de communication et de coopération entre les entreprises, les institutions et le secteur public.
    • Manque de partage d'informations et de réseautage efficaces entre le public et le privé, qui réduit l'avantage potentiel d'une mise en commun des capacités.

    Depuis sa création, le travail de l'ITC en matière d'élaboration et de gestion d'une stratégie d'exportation nationale, sectorielle et régionale repose sur le principe selon lequel le développement des exportations et la compétitivité sont une fonction de toute relation solide et durable entre les secteurs public et privé. Ceci est particulièrement important car l'ITC ne développe pas de stratégies d'exportation mais facilite plutôt un processus et bâtit la capacité des pays partenaires à élaborer et appliquer une stratégie d'exportation nationale.

    Toute stratégie d'exportation doit être pertinente et s'attaquer aux contraintes et aux opportunités qui affectent la performance à l'exportation. Qui mieux que le privé peut parler des problèmes liés à l'accès aux marchés; définir les services d'appui utiles aux entreprises; conseiller où et comment réduire le coût des échanges; expliquer la nécessité d'améliorer les conditions des marchés; identifier les opportunités de diversification et d'ajout de valeur?

    Associer le secteur privé doit être une des priorités du développement des stratégies d'exportation. Celles-ci se bâtissent via un processus collaboratif entre les représentants du public et du privé, qui forment l'équipe de la stratégie nationale censée réunir un consensus autour des besoins et des priorités. Les gouvernements commencent par fixer les priorités sectorielles et le secteur privé les priorités au sein des secteurs, ce qui équivaut à une approche combinée ascendante et descendante - assurant le leadership du secteur privé et l'appui du secteur public le cas échéant.

    L'ITC préconise la formalisation des plates-formes de dialogue public-privé via la création de conseils nationaux d'exportation (ou leur équivalent) qui ont une reconnaissance juridique et une autorité. L'objectif est d'assurer la durabilité et l'intégration de la voix du secteur privé.

    Il en résulte un environnement collaboratif fondé sur un meilleur dialogue public-privé autour du développement des exportations, permettant ainsi au pays de gérer la mise en œuvre, le suivi et l'actualisation de la stratégie d'exportation.

    Le rôle du privé ne s'arrête pas à l'élaboration de la stratégie et gagne en importance jusqu'à la mise en œuvre.

    Ce n'est qu'au stade de mise en œuvre que l'impact se réalise et peut être évalué. Le secteur privé doit prendre les devants et assumer une bonne part de la stratégie d'exportation. Les organisations du privé, telles que les chambres de commerce ou les associations commerciales, jouent un rôle crucial dans l'amélioration de la gamme et de la qualité des services d'appui aux entreprises, et la promotion du pays et de ses industries. Les producteurs s'emploient à améliorer ou à diversifier les capacités d'offre et les entreprises investissent dans la modernisation des services logistiques. L'investissement du secteur privé dans le développement d'une infrastructure propice à l'exportation gagne en importance.

    Dans son Programme de travail concernant l'Aide pour le commerce 2010-2011, le Comité de l'OMC sur le commerce et le développement note que: "L'élaboration de stratégies d'intégration du commerce et d'exportation nationales et régionales donne la possibilité d'un dialogue entre le secteur public et le secteur privé structuré autour d'un ensemble d'objectifs convenus. Un tel dialogue est aussi l'occasion pour le secteur privé de s'engager activement dans la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation de l'Aide pour le commerce. Il faudrait encourager les travaux d'élaboration de ces stratégies."

    Durant les sept dernières années, l'ITC a facilité et promu la participation du secteur privé via son travail sur la stratégie d'exportation dans plus de 40 pays.